ENGLISH DEUTSCH FRANCAIS

 

Y.D. Bouslenko

Lhypothèse des constantes adimensionnelles dans la physique atomique et dans les autres sciences ©

1. Le problème

Les spécialistes en physique atomique savent bien que les constantes adimensionnelles de latome (la constante de structure fine, la proportion des masses du proton et de lélectron, la proportion des dimensions de la couche électronique et du noyau, la proportion des moments magnétiques du proton et de l électron etc.) sont calculées sur la base des données expérimentales. Jusquau présent personne na réussi à calculer théoriquement ces constantes et à les lier par une chaîne de formules.

Il faut noter que des valeurs adimensionnelles ne dépendent pas de telles mesures que le kilogramme, le mètre, la seconde et de leurs combinaisons, ce pourquoi elles ont le degré de généralisation plus élevé par rapport à des valeurs physiques utilisant ces mesures. Par exemple, les nombres p3,14et2,72 figurent dans la physique mathématique comme constantes adimensionnelles. Il nen résulte pas que ces nombres soient appliqués uniquement à la physique. Je crois que la méthode de calculation des constantes adimensionnelles de latome doit être déterminée par des lois générales et exactes de la nature dans lesquelles les lois de la physique se manifesteraient comme variantes concrètes et particulières. Je propose à des spécialistes en physique atomique de refuser le monopole et dessayer de chercher la solution du problème alliés à des spécialistes en autres disciplines. Avez-vouspeur de passer pour dilettantes? Vos partenaires potentiels connaissant très peu latome sont sûrs deux-mêmes en ce qui concerne leur spécialisation à eaux, mais hors leur sphère ils deviennent aussi impuissants. Linteraction des sciences diverses pourrait faire naître une nouvelle connaissance objective, et il est peu probable quune telle connaissance soit découverte dans le cadre dune seule discipline. Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas produire la progéniture.

2. Les thèmes et les résultats préliminaires de mes recherches en physique, en philosophie, en mathématiques et en économie

1. Le théorème du mouvement irrégulier de la masse comme une version physique du théorème de Godel. Le facteur additionnel (transversal) dans ce mouvement. La décomposition du temps à un courant principal et un courant additionnel conformément à des facultés électriques et inertes de la masse. La nature de la charge électrique.

2. La formule liant la constante de structure fine a avec les nombres 1, 3, p, , i, par la probabilité égale des deux événements alternatifs et par le paramètre de nombre entier de la discontinuité. La périodicité de a en valeurs complexes.

3. La proportionthéorique des masses du proton et de lélectron bp, du neutron et de lélectron bn, du méson et de lélectron bπ.

4. La proportion théorique g des dimensions de la couche électronique et du noyau avec lexemple de latome de lhydrogène.

5. La décomposition du spin entier en spin demi-entier suivant la circonférence et en spin demi-entier suivant la tractrice.

6. Lanomalie m du moment magnétique de lélectron, la proportion m des moments magnétiques du proton et de l électron.

7. Le noyau comme système des nucléons. Lirréductibilité de principe de la masse du noyau à une somme des masses des nucléons libres. Le défaut de masse du noyau. La calculation en théorie (sans application de la formule de Weizsäcker) de lénergie spécifique de liaison pour les noyaux du deutérium, du hélium et des éléments lourds. Le rapport fonctionnel entre le nombre de masse et la stabilité nucléaire.

8. La formule liant la constante (?) de la gravitation avec les constantes de latome et les paramètres de lUnivers.

9. La vérification des conséquences du théorème p.1 de leur correspondance aux thèses et aux formules essentielles de la physique classique, de la mécanique quantique et de la théorie de la relativité.

10. La représentation mathématique de la loi de transition des changements quantitatifs aux changements qualitatifs. Lunité variable comme un quantum indivisible de quantité et de qualité. Le rapport entre le changement continu de quantité et le changement discret de qualité avec lexemple de lunité quantum. La calculation quantique comme une alternative des méthodes mathématiques infinites. Linterprétation philosophique et la représentation géométrique des constantes universelles a, b, g.

11. La quantification de la valeur. La plus-value comme facteur de la forme économique du développement. La multiplicité du rythme du développement à la constante a. La décomposition du temps à un courant principal et un courant additionnel conformémentau rythme du développement. Le fonctionnement d'un grand système économique à conditions du rythme inégale du développement de ses éléments.

3. Le critère de la véridicité de la connaissance

Je vais citer les valeurs numériques des 14 constantes calculées théoriquement sur la base du modèle mathématique unique: 1. La tangente de l'angle d'élévation de la spirale du développement durant un cycle élémentaire a=137,0013199-1; 2. La proportion du symétrique et de l'asymétrique dans l'interaction des opposés b=1836,598269; 3. Le rapport entre l'espace des éléments homogènes et l'espace des éléments polaires comme rapport entre le champ et le point g=14688,8; 4. La constante de la structure finea=137,036-1; 5. La proportion des masses du proton et de lélectronb=1836,15; 6. La proportion des masses du neutron et de l électronbn=1838,68; 7. La proportion des masses du pméson neutre et de lélectron bp0=264,1; 8. La proportion des masses du pméson chargé et de lélectronppq=273,2; 9. La proportion des dimensions de la couche électronique et du noyau avec lexemple de latome de lhydrogèneg=39928,2; 10. Lanomalie du moment magnétique de lélectron m=1,001159652; 11. La proportion des moments magnétiques du proton et de lélectron m=1,52103210-3; 12. Lénergie spécifique de liaison pour les noyaux du deutérium 2/1 =1,11 MeV/nucléon ; 13. La même chose pour les noyaux du hélium 4/2=7,07 MeV/nucléon ; 14. La même chose pour les noyaux du fer 56/26Fe=8,79 MeV/nucléon. La calculation de ces trois dernières constantes est effectuée moyennant le coefficient de conversion 0,511 MeV sur une masse électronique. Toutes les constantes, sauf les trois premières, sont calculées en théorie avec certaines variantes de lexactitude, en commençant par la dernière chiffre indiquée.

La véridicité des constantes calculées par moi est bien douteuse. Comme on sait, personne nest assuré contre des fautes. Cela me concerne aussi bien que mes opposants qui voudront vérifier mon hypothèse. Il existe une seule vérité pour tout le monde. Ce pourquoi elle doit se découvrir en comparaison des variantes alternatives de la solution du même problème. Je prie de répondre les mathématiciens, les physiciens, les économistes, les philosophes et tous ceux qui peuvent moyennant des procédés théoriques, soit réfuter, soit confirmer les constantes que jai calculé. Je peut révéler ma méthode en échange des méthodes proposées par des opposants indépendants.

 

Cette article et ces doubles en dautres langues sont accessibles sur le site www.bus-atom.ru Les adresses suivantes sont enregistrées au nom de Youriy Dmitrievitch Bouslenko. Ladresse postale: Russie, 410012, Saratov, boîte postale 916;

mèl.: bus137@mail.ru; téléphone loué: +7 (8452) 71-56-94

Le 15 août 2003.